Profession Promoteur

En cette fin d’année, quelques donnés brutes fort instructives, issues de l’étude 2016 sur la profession de promoteur immobilier, de l’Institut d’informations et de Conjonctures Professionnelles (PARIS 8eme).

 

2 600 entreprises en 2012 à 2510 en 2016

84 % entre 1 et 9 salariés

15 % ente 10 et 100

Âge moyen des structures augmente à 20 ans, contre 19,5 en 2015, secteur qui « s’assainit »

40 % des structures crées entre 2000 et 2009

 

CA global 2016 : 39,2 Md (+18,5% vs 2015)

5 Md pour 1 à 9 salariés soit 13%

12,4 Md pour 10 à 99 salariés soit 31,5%

21,8 Md pour 100 salariés et plus, soit 55,5% (réalisés par 1% des entreprises en nb)

33,5 % d’habitat accession à la propriété

39,5 % d’habitat investissement

8 % immobilier d’entreprise

2 % résidences services

1 % commerces

14,5 % ventes en bloc

Toutes activités en hausse en 2016, à l’exception des commerces 32%

 

9,1 mois de délai théorique d’écoulement, en recul de 4,6%

Prix de vente moyen national à 4 055€/m2

 

Salariés : 28 000 actifs en 2016 contre 26 850 en 2015 (+4,5%) et 27 000 en 2012.

Salariés à 91%, avec 52,5% de femmes, taux atteignant 55% dans les TPE.

41 ans de moyenne d’âge, chiffre qui diminue (-0,5) mais relativement stable dps 4 ans

+ jeune dans les grosses structures

30% ont plus de 10 ans d’ancienneté

7 ans en poste en moyenne, 8,5 ans dans TPE

97 % de CDI, 3 % de CDD, stable dps 4 ans

54,5 % de cadres en moyenne, secteur fortement qualifié

40 % ds les TPE, 68% dans les grandes entreprises

71 % des hommes sont cadres, contre 39,5% pour les femmes

7 % travaillent en temps partiel, 13 % en TPE, 4 % en GE

 

31 % en services centraux

9 % en developpement

17,5 % en montage et suivi de programme

19,5 % en commercial

14,5 % en technique

8,5 % en direction opérationnelle (principe centre de profit)

 

1 300 embauches en 2016 alors que globalement stable depuis 4 ans, dont 52% de femmes.

 

Sur 2016, 69 % de CDI 4 300 personnes, 16 % de CDD 1 000 p, 4 % de contrats d’apprentissage 250 p, 11 % de contrats de professionnalisation 700 p.

60 % de CDD 2015 transformés en CDI.

 

30 % des entreprises du secteur déclarent qu’elles embaucheront en 2017

5 % des entreprises  concernées par le télétravail, représentant 1,6 jours/semaine, concernant à 73 % des cadres

 

Masse salariale de 1,38 Md, en hausse de 8,5 % vs 2015

Premier BEPOS d’Auvergne destiné au marché tertiaire privé

Depuis 25 ans, SR Développeur1 a bâti son expertise et ses compétences dans l’immobilier d’entreprise et tertiaire (sociétés d’envergure nationale ou internationale, administrations, associations, PME et TPE locales). Fort de ce vécu Cédric Serre et son équipe ont répondu au projet de siège social pour Chadasaygas (consulting en ingénierie, construction et exploitation de centrales géothermiques pour la production électrique). Entrant dans le cadre du PLU de la ville de Châtel-Guyon pour mettre en valeur la partie ouest de la Zone d’Activité, le bâtiment de 430 m2 est le premier sur le site et apparait comme une étape clé dans ce processus. Avec une architecture simple, dynamique et contemporaine, les nouveaux bureaux de Chadasaygas conserveront au maximum le caractère bucolique du lieu (terrain peu modifié et regazonné, haies bocagères en limite de terrain, parking paysager avec un érable planté toutes les deux places de stationnement). Enfin béton, bois et métal composeront l’ossature du bâtiment.

« BEPOS Effinergie 2013 »

Crée par l’association Effinergie, c’est le seul label qui encadre réglementairement ce type de construction (bâtiments résidentiels individuels ou collectifs et bâtiments non résidentiels construits en France métropolitaine). Pour entrer dans cette catégorie les nouveaux locaux de Chadasaygas devront répondre à des normes très strictes. Allant au-delà de la RT 2012 qui intégrait la santé, les faibles besoins énergétiques, la qualité de l’air et l’énergie grise (matériaux de construction) en plus de l’approche thermique, le label réclame 20% de réduction supplémentaire des consommations conventionnelles d’énergie primaire sur les 5 usages réglementaires (chauffage, refroidissement, Eau Chaude Sanitaire, auxiliaires et éclairage). Le BEPOS exige également le renforcement de la perméabilité à l’air et impose aussi la prise en compte des tests d’étanchéité à l’air des réseaux de ventilation, des consommations électriques domestiques, de celles liées au cycle de vie des matériaux de construction et aux déplacements des habitants. Enfin chaque construction doit pouvoir utiliser l’énergie qu’elle produit elle-même et le bilan en énergie primaire non renouvelable doit être inférieur à un écart autorisé qui varie selon la nature et l’environnement du bâtiment.

Pourquoi construire des bureaux sous ce label ?

L’amélioration de l’étanchéité des réseaux VMC impacte fortement les consommations d’énergie et la qualité de l’air intérieur. De plus, dans quelques années, l’application de la RT 2020 imposera les normes du label comme standard de construction. Aujourd’hui, malgré les économies réalisées et un gain de confort de vie pour les employés et les habitants, il est encore impossible de stocker ou de réutiliser le surplus d’énergie produite qui différent selon les saisons malgré quelques idées novatrices (alimenter les batteries d’un véhicule électrique, réflexion des professionnels à l’échelle des quartiers).